Exposition du 16 janvier 2014: Van Tame

dark and light 2

Il a ramené du Laos,
du fleuve sacré du Mékong, où il est né,
cette capacité d’un regard neuf et différent
à saisir les images qui nous entourent,
et cette nécessité intérieure de se révéler,
de signer en couleurs cette appartenance au monde.

Il a le geste instinctif et fulgurant de l’artiste qui se délivre par fragments.

Son regard sur les villes où il compose et le tumulte de ses couleurs traduisent les palpitations d’une vie quotidienne et le temps ralenti du voyage.

L’exposition des peintures de Van Tame se prolonge les 17, 18 et 19 janvier de 11h à 19h puis du 20 janvier au 5 février sur rendez-vous.

Van Tame

Capture d’écran 2013-12-14 à 15.39.55Né au Laos mais vivant en France depuis presque 30 ans,
Van Tame expose depuis quelques années à Paris, Bordeaux,
Monaco, Milan, New York et Londres.

De profession infographiste, il propose aux spectateurs
une esthétique du mouvement et des jeux de lumière
appliqués le plus souvent au monde urbain.

Sa touche se rapproche visiblement des impressionnistes,
car Van Tame ne peint pas des objets, mais des reflets. 
Saisir la trace d’un mouvement, immortaliser sur la toile l’atmosphère d’un jour pluvieux, perdre sa figure dans le flou du fond, faire exister l’effet plus la cause.

Sa chromatique est facilement reconnaissable : quasiment de la trichromie : jaune pour la lumière du jour, rouge pour la lumière de la ville et bleu pour l’eau et le ciel. L’éclat de sa peinture rappelle la délicatesse de Renoir ou la finesse de Turner.

Texte de Eliza Ploia
sémioticienne de l’art