Exposition du 6 février 2014: Olivier Tops

DSC00179-2
Olivier Tops s’amuse à retravailler ses photos qui ne sont qu’un prétexte à la création.
Son univers est multidimensionnel: tirages d’art numérotés, peinture, techniques mixtes et aussi inventeur du tressage photo, et de la clougraphie.

Son travail étant principalement sur toile, les pinceaux restent ses armes de prédilection, grâce a eux, il offre d’autres lectures possibles et le détail règne au premier plan.
Il sublime le géométriquement correct et l’Humain, le déclinant en silhouettes et touches de couleurs primaires.
Affectionnant les grands formats, son travail peut atteindre jusqu’à 10 mètres de large, sa plus grande œuvre réalisée à ce jour mesure 20 mètres carrés…

New-York, Paris, Londres, Rome, l’ile Maurice et Megève sont les lieux qui l’inspirent le plus.
Cette dernière a un traitement de faveur car y est attaché, ainsi il revisite certains clichés vintage de son père (de 1955 à 1975).

Photographe dans la boutique familiale à l’origine, Olivier à fait son chemin d’artiste et élargi sa palette en inventant de nouvelles techniques.
La clougraphie est faite à base de milliers de clous plantés très précisément dont l’ombre dessine des contours.
Ces œuvres cinétiques poussent plus loin le jeu entre l’abstrait et le figuratif à découvrir absolument!

L’exposition des œuvres d’Olivier Tops se prolonge les 7, 8 et 9 février de 11h à 19h puis du 10 au 28 février sur rendez-vous.

Olivier Tops

olivier_tops-1

Artiste  plasticien  megevan (et  Romain  d’adoption),
Olivier dépasse les limites de la photographie,
qui devient alors un prétexte à la création.

Son univers est multidimensionnel : tirages d’art, photos géantes, peinture,techniques mixtes, tressage photo, et même clougraphie…

Il travaille également sur certains clichés de son père des années 1955 à 1975, pour leur donner une deuxième vie.

Il a exposé à de nombreuses reprise comme le montre la liste non exhaustive suivante:
2013
Megève : SIIAM2 (salon international d’architecture et décoration de montagne)
Maurice (MU): 3A the Excellence of Art

2012
Rome (IT) : K Studio K

2011
Rome (IT) : Grand hôtel de la Minerve
Rome (IT) : K Studio K

2010
Paris : Galerie Polka
Paris : Galerie Vendôme
Paris : Fondation Peugeot
Paris : Musée du Montparnasse
Paris : Mairie du 7ème arrondissement
Genève (CH) : Cité du Temps
Genève (CH) : Galerie cimaise
Londres (UK) : Fullham exposition privée

Exposition du 16 janvier 2014: Van Tame

dark and light 2

Il a ramené du Laos,
du fleuve sacré du Mékong, où il est né,
cette capacité d’un regard neuf et différent
à saisir les images qui nous entourent,
et cette nécessité intérieure de se révéler,
de signer en couleurs cette appartenance au monde.

Il a le geste instinctif et fulgurant de l’artiste qui se délivre par fragments.

Son regard sur les villes où il compose et le tumulte de ses couleurs traduisent les palpitations d’une vie quotidienne et le temps ralenti du voyage.

L’exposition des peintures de Van Tame se prolonge les 17, 18 et 19 janvier de 11h à 19h puis du 20 janvier au 5 février sur rendez-vous.

Van Tame

Capture d’écran 2013-12-14 à 15.39.55Né au Laos mais vivant en France depuis presque 30 ans,
Van Tame expose depuis quelques années à Paris, Bordeaux,
Monaco, Milan, New York et Londres.

De profession infographiste, il propose aux spectateurs
une esthétique du mouvement et des jeux de lumière
appliqués le plus souvent au monde urbain.

Sa touche se rapproche visiblement des impressionnistes,
car Van Tame ne peint pas des objets, mais des reflets. 
Saisir la trace d’un mouvement, immortaliser sur la toile l’atmosphère d’un jour pluvieux, perdre sa figure dans le flou du fond, faire exister l’effet plus la cause.

Sa chromatique est facilement reconnaissable : quasiment de la trichromie : jaune pour la lumière du jour, rouge pour la lumière de la ville et bleu pour l’eau et le ciel. L’éclat de sa peinture rappelle la délicatesse de Renoir ou la finesse de Turner.

Texte de Eliza Ploia
sémioticienne de l’art